Nike Blazer High Tops Grey

La nuit fut longue et parfaitement r g n ratrice. A quatre heures du matin le r veil sonne. Il est interdit de tra ner. Louane n’a que 12 ans lorsqu’elle foule pour la première fois le sol d’un plateau de télévision. Nous sommes en 2009 et la jeune Pas de Calaisienne participe à l’émission de téléréalité musicale L’école des stars , sur Direct 8. Elle y interprète trois grands classiques de la chanson française Poupée de cire, poupée de son de France Gall, Les moulins de mon cur de Michel Legrand et Ne me quitte pas du Belge Jacques Brel..

De même qu’un T shirt peut être chic. Le sportswear, le streetwear font partie de moi. Comme de nombreux Européens, je suis fasciné par le mode de vie américain. Comme souvent en pareille situation, la C d allait sauv par ses individualit Yaya Tour et Gervinho combinaient au milieu. L de l Roma per plein axe, semant toute la d congolaise. Mais Kidiaba, tr bon, effa la tentative de l Lillois (81eme).

Le glam, c’est ce rock de l’éclat excessif et sexy, c’est ce genre de voix, cette manière d’inspirer dans le micro, d’écouter respirer sa tristesse, ce genre de confidences, jusqu’à l’excès d’Alice Cooper, la vérité androgyne aussi, narcissique et sophistiquée. Le glam de Marc Bolan de T Rex, du Bowie de Ziggy Stardust ou du Bryan Ferry de Roxy Music, c’est 72 74. Je suis né en 1973.

Cst la lutte de notre temps. Les forces de la libert? de luverture et de la communaut?mondiale, contre les forces de lutoritarisme, lsolationnisme et le nationalisme. Forces pour le flux de la connaissance, du commerce et de lmmigration, contre ceux qui les ralentiraient.

Jusqu’au 18 juin. Centre Pompidou. 19 rue Beaubourg, 75004 Paris. D’où, peut être, ces moments de lucidité. Comme cette première phrase d’un discours, tenu à Oxford, où, en gourou du jeu moderne, on l’avait convié: Comment expliquer ma présence ici? s’interrogeait il. Non, je ne peux pas.

La délocalisation, ce n’est généralement pas aller installer sa production dans des pays où le coût de la vie est moins cher pour pouvoir payer un peu moins ses salariés, c’est aller s’installer dans des pays qui permettent d’exploiter les travailleurs, de leur payer tout juste de quoi subsister et de réduire à presque rien le coût de la main d’oeuvre dans le processus de fabrication. Ca peut paraitre une évidence pour certains, mais je crois utile de le rappeler : notre mode de vie et de consommation est basé sur l’exploitation de travailleurs pauvres. Nous ne payons pas le « juste prix » pour la plupart des produits que nous consommons, ces prix ne reflètent pas ce qui serait un coût normal de main d’oeuvre, ne prennent pas en compte le coût écologique, ne garantissent pas la sécurité des travailleurs, ni l’absence de travail des enfants.

Laisser un commentaire